Lahuta e Fishtës edhe në gjuhën e Hugo-së. Nga: Majlinda Shaqiri, poete Prishtinë

Nga Pirusti News

 Lahuta e Fishtës edhe  në gjuhën e Hugo-së. Nga: Majlinda Shaqiri, poete Prishtinë

Kryevepra e veprave shqiptare “Lahuta e Malcis” nga i madhi i pavdekshmi Gjergj Fishta,  tashmë edhe në duar të lexuesve  frankofon.

“Lahuta e Malcis” nga Gjergj Fishta, një kryevepër madhështore e veprave shqiptare e cila i rezistoi çdo epoke dhe kurrë nuk u harrua nga lexuesi  i saj, në fund të vitit që lamë pas, saktësisht më datë 09 Shtator 2019  kryevepra e Fishtës u botua edhe në gjuhën e Hugo-së.

Franca është djepi i kulturës, letërsisë, dhe artit.

Na gëzon fakti se tani i madhi  Fishta do të jetë pjesë e kulturës frankofone, lexuesi frankofon do të ketë më të lehtë të njihet së afërmi me kryeveprën shqiptare Lahutën e Malcis, e cila pasqyron një epokë të pavdekshme, heroizmin, trimërinë, traditën dhe kulturën  e popullit të lashtë ballkanik paqedashës, popullit shqiptar.

Lexuesi francez tashmë ka në duar epopenë e larmishme  krahas shumë shkrimtarëve dhe autorëve të njohur botëror, kryevepra shqiptare e të madhit Fishta zë vend në bibliotekën e frankofonëve. Vite më parë “Lahuta e Malëcis”  ishte  përkthyer në gjuhën angleze nga autori Robert Elsie. Përveç përkthimit në gjuhën angleze, Lahuta e Fishtës është përkthyer edhe në gjuhën italiane dhe gjermane, kurse tani  së fundi e gjejmë të përkthyer edhe në gjuhën frënge.

Ideatori dhe autori i përkthimit në frëngjisht është një djalosh me origjinë nga Kosova, i lindur dhe rritur në Francë saktësisht një Magjistër i Sociologjisë me profesion. Na habit fakti se si një sociolog merr  guximin dhe sfidon veten  të bëjë përkthim e një kryevepre, pa qenë përkthyes në botën e përkthimit.

Abidin Krasniqi, është një emër i ri tashmë në fushën e përkthimit.

I lindur më 5 Korrik 1986 në Brignoles, afër Marsejit në Francë. Abidini është shqiptar me origjinë nga Kosova nga babai kosovar dhe nëna franceze. I rrethuar nga dashuria për kulturën dhe traditën shqiptare, mbi të gjitha heroizmin dhe trimërinë e popullit shqiptar, ai tregon se si i vogël nga fëmijëria e hershme kishte shprehur interesim për historinë e popullit shqiptar. Babai i Abidinit, Sefo Beta Krasniqi, një regjisor dhe aktor i njohur i viteve `70 në Kosovë pa dyshim se ishte motivi kryesor i djaloshit i cili u rrit larg atdheut por i rrethuar me dashuri dhe interesim të jashtëzakonshëm për kulturën dhe traditën shqiptare.  Ai thotë se asnjëherë më parë nuk kishte bërë përkthime, por që kishte lexuar përkthimin e Lahutës në gjuhën angleze nga autori Robert Elsie, si dhe disa romane të Ismail Kadares të përkthyera në frëngjisht.

Abidini tregon se interesimi i tij i jashtëzakonshëm sidomos mbi kulturën shqiptare, ishte motivi kryesor pse ai vendosi të përkthej pikërisht Lahutën e Malcis të Gjergj Fishtës.

“Mbi motivet e mia për përkthimin e Lahutës : e kemi pasur në shtëpi, në fëmijëri a kam lexue, më ka pëlqyer shum, më ka bâ me andrrue. Malët, peizazhët, burrat e veshun me tirqi, gratë me xhubleta, kullat, armët e vjetra… mu dukeshin reale. Zanat, orat, shtrigat, drangojt, kulshedrat e lugetnit ishin krijesa gati reale në sytë e mi të atëhershëm. Tash, duke kërkuar libra në bibliotakë, duke hulumtue mbi eposin e kreshnikëve gjeta Lahutën. E lexova menjëherë edhe më pëlqeu edhe më tepër se përpara. Mas gjitha këtyne viteve e shijova edhe ma mirë. Veçanërisht estetika edhe gjuha e Fishtës më mahnitën, nisa me e përkthye, tuj mosbesue që do t’i a dal, në fund tuj provue dhe tuj mendue se si mund të dukët në frëngjisht. 2-3 shokë e lexuan, më inkurajuan dhe vazhdova. Në fund pata shumë vështirësi për me e gjetë nji shtëpi botuese, por masi e dërgove dorëshkrimin te nja njizet prej tyne, njana e pranoj”. shkruan   Abidini për Revistën “Mirdita”

Pas shumë peripecive me të cilat u ballafaqua gjatë përkthimit, çdo herë duke u munduar të ruaj origjinalitetin e çdo vargu, vullneti  dhe përkushtimi  i madh bënë që Lahuta të përkthehet për herë të parë në gjuhën frënge. Dorëshkrimi u dorëzua për botim në shumë shtëpi botuese dhe në fund shtëpia botuese “L’Harmattan” nxori në dritë LE LUTH DES MONTAGNES (Lahuta e Malcis) nga Gjergj Fishta, përkthyer nga shqipja në frëngjisht nga Abidin Krasniqi.

 Për Revistën “Mirdita”, Abidini ndau dy këngë të Lahutës të përkthyera në frëngjisht, kapitulli VII, Kongresi i Berlinit, si dhe kapitulli IX, Lidhja e Prizrenit.

Vërejmë se autori i përkthimit me mjaftë mjeshtri i ka qëndruar besnik vargut  fishtjan, ka arritur të ruaj origjinalitetin e çdo vargu duke mos i ikur metrikës si dhe tetërrokëshin e Fishtës e ka përkthyer  në nëntërrokësh me qellim të përafrimit me  ritmin e  Lahutës.  E dimë se vargu fishtjan nuk është i lehtë pët tu kuptuar në shikim të parë, por duke pasur parasysh njohjen e kulturës shqipe dhe gegnishtes  si dhe njohjen e gjuhës dhe kulturës franceze nga vet autori, si dhe mjeshtrin e të përkthyerit pa marr parasysh vështërsit me të cilat është ballafaquar gjatë punës së tij si përkthyes, ai  ia doli mjaftë mirë të sjell Lahutën edhe në gjuhën e Hugo-së, Molier-it, pra sa më afë lexuesit frankofon.

“Në fillim, unë u përpoqa të ruaj metrikën dhe rimën e vargjeve të Lahutës. Por shumë shpejt, kuptova se ishte e pamundur të ruheshin të dyja pa u larguar nga kuptimi. Kështu që vendosa të ruaj atë që më dukej më thelbësore: metrikën. Tetërrokshin e kam përkthyer në një nëntërrokësh, sepse, sipas meje, është mënyra më e mirë të transmetohet frëngjisht ritmi i Lahutës. Duhet të them gjithashtu se në fillim jam munduar të përkthej në vargje dhjetërrokësh (i cili është ndoshta edhe më i bukur frëngjisht), por nuk kam arritur sukses, pa lëvizur shumë larg nga teksti. Sidoqoftë, nëntërrokëshin e kam ruajtur prej fillimit deri në fund.” Thotë ai

Vlen të theksohet se autori tashmë është duke përgatitur edhe një përkthim të radhës, një antologji shqipe. Ne i dëshirojmë suksese dhe punë të mbarë !

                                            LE Congrès DE BERLIN

Le poète entend la Roumélie gronder et demande à sa Zana ce qu’il en est. La réponse est claire. La guerre entre Russes et Turcs a éclaté, et si les Grandes Puissances ne s’étaient interposées, elle aurait pu durer longtemps. C’est donc là la raison et l’origine du Congrès de Berlin. Malheureusement pour l’Albanie, ses revendications n’y sont pas entendues. À l’inverse, le Knjaz Nikolla, bien que se présentant tel un mendiant, est accepté à la réunion. Ses demandes larmoyantes émeuvent les Grandes Puissances qui, de concert avec le Sultan, donnent aux Monténégrins la main sur Plava, Gucia, Shkodra et les Montagnes du nord. Cette décision injuste suscite la colère du poète qui maudit ceux qui ont signé l’accord. Il jure que l’Albanie ne cédera ses terres sans faire couler le sang.

La joie du Knjaz, en revanche, est immense. Il revient à Cetinje et demande à Pal Milani de réunir cinq bataillons et partir en direction des terres albanaises. Celui-ci, plus sage que brave, n’est pas convaincu par les plans du Knjaz, il répond qu’il préfère se jeter au feu ou dans la mer plutôt que d’attaquer l’Albanie. Nikolla rit de sa faiblesse et moque son manque de courage. Ce que ne veut pas faire Pal Milani, Mark Milani le fera bien, pense le Prince : il lui ordonne de rassembler les forces et de préparer une armée.

En faisant siennes les paroles de la Zana, le poète prévient Nikolla qu’il commet une grave erreur en attaquant injustement les Albanais.

Oh Zana, te sois-je dévoué !

Peut-être, sais-tu me raconter

Ce que signifie ce grondement

Là-bas au loin, vers la Roumélie[1],

Vers Plevna[2] et vers la Bulgarie ?

Ce sont les canons ou un orage

Qui font trembler le sol sous les pieds ?

De fait, ce n’était pas un orage

Qui secouait le sol sous les pieds :

C’étaient les canons de la Russie,

C’étaient les mortiers de la Turquie

Qui frappaient les plaines de Roumélie,

Nuit et jour, martelaient sans arrêt,

Baignaient la Roumélie dans le sang.

Là-bas, Turcs et Slaves se battaient,

Istanbul et Moscou s’affrontaient,

Le sang coulait à flots sur la terre

Brisant les cœurs de beaucoup de mères

Qui avaient leurs fils en ces contrées

Sous le terrible feu des mortiers

Qui se déchaînaient sans pause et où

Une vie ne valait pas bien cher.

Cela allait même empirer car

Les Slaves auraient pris Istanbul,

Renversé le Sultan de son trône,

Si les Rois n’étaient intervenus

Et n’avaient fait taire les fusils.

À présent, les Sept Rois, le Sultan

Ont accouru en hâte à Berlin[3],

Ils ont entrepris des pourparlers

Afin de résoudre les problèmes,

Cesser les combats, faire la paix,

Mettre fin aux guerres et aux troubles,

Éteindre la rancœur et la haine

En fixant de nouvelles frontières

Entre les pays et les royaumes

Des Balkans jusqu’à la mer Noire.

Étant donné que foi, loyauté

Manquent à présent sur terre et que

Le plus fort sur le champ de bataille

Finit par avoir toujours raison,

J’ai quelques doutes et je crains même

Qu’une mésaventure n’arrive

À l’Albanie et aux Albanais :

Ils manquent d’amis et de parrains

Qui puissent s’exprimer en leur nom,

S’engager et défendre leur cause.

Car, que voilà Prince Nikolla,

Gémissant, les vêtements froissés,

Un manteau d’à peine deux empans,

Un pantalon troué aux genoux,

Le tout tenu par une ficelle,

Accoutré à faire peine aux pierres,

Est apparu par devant les Rois

Avec de creuses paroles, il

A fondu en larmes devant eux

Et s’est plaint de ses terres stériles,

Des plaines, des montagnes arides,

Asséchées, brûlées, poussiéreuses,

Toutes, roches, pierres et caillasse,

Sans une broussaille, une brindille

À tel point que son peuple, assoiffé,

Fuira le pays si on ne lui

Donne pas une meilleure terre

Comme par exemple l’Albanie,

Réputée au loin, terre féconde

– Acquise en toises, vendue en coudées,

La toise argent et la coudée or –

Pour ses alpages et pour ses champs,

Pour ses chèvres et pour ses moutons,

Pour son froment et pour son fourrage,

Pour l’agriculture et le commerce.

Les Rois l’ont écouté, attentifs,

Ils l’ont entendu, non sermonné.

Avec l’assentiment du Sultan,

Ils ont permis au Knjaz Nikolla

D’emporter Plava[4] et Gucia[5],

De prendre Shkodra et les Montagnes,

Jusqu’à l’endroit où coule le Drin.

Que le Seigneur honnisse celui

Qui, Roi ou bien Sultan, peu importe,

Le premier signera un accord

Permettant aux Slaves de chasser

De son pays le peuple albanais,

De le faire vivre en esclavage !

Par le Seigneur – qu’Il soit célébré –

Tant que le sang n’atteindra le genou,

Nous n’abandonnerons l’Albanie

Et avant qu’elle ne soit conquise,

La terre entière s’embrasera,

Les peuples seront émerveillés

Tous ceux que soleil et lune éclairent.

Ah ! Notre sang bouillonnera, oui,

Et notre gloire résonnera !

Jusqu’aux oreilles du Tout-Puissant,

Et le Bienheureux, exaspéré,

Abattra l’Europe sur le champ,

La fera baigner dans le sang.

Quand Knjaz Nikolla a entendu

Que l’Europe, tout comme Istanbul

Lui laissaient la main sur l’Albanie,

Il s’est changé de brigand en noble :

Portant fièrement sa kapica,

Il s’est réjoui, s’est diverti,

S’est mis à chanter et à danser,

Comme s’il était à une noce !

Comblé de bonheur, le fils de Slave,

Dans ces taudis, là-haut, à Cetinje,

Allait festoyer bientôt, il

Allait manger du tendre pain blanc,

Allait faire cuire du taureau,

Allait boire une jarre de vin,

Jusqu’à ce que ses joues ne bouffissent

Et viennent effleurer ses moustaches.

Il est revenu à Cetinje

Et a convoqué Pal Milani[6] :

« Pal, ô cher Pal, ne musarde pas,

Hâte-toi, ne perds pas un instant,

Envole-toi comme un épervier,

Parais en vitesse à Cetinje :

Je vais te confier une armée,

Cinq bataillons de jeunes gaillards,

Tous des faucons du Monténégro

Que tu vas conduire en Albanie,

Tu vas me conquérir Gucia

Hoti[7], Gruda[8], Plava, ces contrées,Car les Rois me les ont accordées

Pour les mater comme bon me semble.

Alors je te donne une semaine

Pour soumettre Plava, Gucia,

Te jeter sur ces Lekë[9] des Montagnes

Tel un loup fonçant de sa cachette.

Avec des sabres ou bien des cordes,

Fais-les avancer à la baguette,

Conquiers le pays de long en large,

Envahis-le jusqu’au Ruisseau Sec[10].

Une fois les Montagnes soumises

Et Plava et Gucia conquises

Alors nous entrerons à Shkodra,

En dansant, en caracolant, tels

Des poulains galopant sur les prés,

Sans une épine pour nous piquer. »

Pal Milani lui a répondu :

« Cette entreprise est bien difficile,

En sept jours on ne prend les Montagnes,

Au fusil on ne conquiert l’Albanie.

Prête attention à mes paroles,

Ne secoue pas un nid de frelons

Car ils provoqueront ton malheur.

Dans cette affaire tu vas trop loin

Car, sans avoir un mort à venger,

Ni Dieu, ni la coutume n’admettent

D’entrer de force en terre étrangère.

Je me jetterai dans un brasier

Et je braverai l’eau de la mer

Sur simple demande de ta part

Mais je n’attaquerai l’Albanie. »

Le Knjaz a ri d’une oreille à l’autre :

« Tu n’es pas des nôtres, pas un homme,

Tu es bon à manger du përshesh[11] !

Tu prêches, tu me fais la morale,

Tu me parles comme à une femme

Qui va s’effrayer de tes paroles,

Tu me parles de terre étrangère…Non, je crois que tu devrais plutôt

Porter un kamelaf sur la tête,

Te laisser pousser une barbe et

Devenir prêtre au Monténégro

Autrement, retourne à la maison,

Prends la quenouille, telle une fille

Dans la cour, assise sur un banc

Et sous le doux soleil du printemps,

File la laine avec les copines

Puisque tu ne vaux rien pour la guerre.

Mark Milani lui, saura se battre,

C’est un lion comme ses ancêtres

Et c’est lui qui mènera l’armée,

Conquérir Plava et Gucia

Et écraser les Lekë des Montagnes.

C’est lui qui va entrer à Shkodra,

Y entrer, y planter le drapeau,

Faire de Shkodra Monténégro ! »

Le Prince a lancé le cri de guerre

Afin de rassembler les vaillants.

Sous les pommiers, la Zana chantait :

« Allons, allons ! Ô Knjaz Nikolla,

Tes paroles te mènent trop loin

Et le temps, lui, passe lentement,

L’homme ne connaît jamais la fin.

Si tu tentes de courir plus vite

Que tes jambes ne peuvent aller

Comme tu parais vouloir le faire

Depuis que tu es résolu à

Envoyer l’armée à Gucia,

Sans demander une seule fois :

« Me donnez-vous la pauvre Gucia,

Me laissez-vous prendre les Montagnes ? »

Tu ne pourras vider deux fusils

Contre les Albanais, ô Nikolla.

Ceux qui ne vont chez eux comme amis

Se trouvent en mauvaise posture

Puisque ces vaillants sont nés d’acier,

Décidés à périr si l’on touche

À leurs terres et à leur honneur.

Chez eux, l’étranger n’a rien à faire.

Vivants, ils ne se soumettront pas

À quelque Knjaz ou Roi que ce soit,

Ils sont maîtres en leurs propres terres :

Celui qui les défie, se méprend !

Shtojcë, 2.

Chant IX

LA LIGUE DE PRIZREN

Le poète invite sa Zana à l’aider à conter les événements historiques survenus en 1878 quand, après les décisions du Congrès de Berlin, Ali Pasha de Gucia convie les hommes les plus en vue de tous les territoires albanais à se rassembler à Prizren. Beaucoup répondent à l’appel d’Ali et se réunissent dans la célèbre cité. La blanche Ora de l’Albanie les voit depuis les alpages de Luboten et se réjouit. Elle appelle la Zana de Sharr et, prenant place sur une colline en surplomb, l’Ora demande à sa consœur si elle reconnaît les hommes rassemblés. La Zana, ébahie à la vue de tous ces héros, croit qu’ils sont les anciens Achéens ou les Dardaniens. Elle commence donc à désigner Agamemnon ou Diomède. L’Ora sourit et entreprend d’indiquer à sa sœur un à un les hommes présents : Ali Pasha de Gucia, Marash Vata, Abdyl Frashëri, Prenk Bibë Doda, Toptani, Zogolli, Gjetë Gegë Shllaku, Çun Mula, Mar’ Lula, Dodë Prêçi, Vrioni, Derralla, Shan Deda, Abdullah Dreni.

Pendant que Zana et Ora conversent, Abdyl Frashëri ouvre l’assemblée. Avec éloquence, il rappelle l’ancienneté du peuple albanais, de sa langue et de sa culture ainsi que ses luttes ininterrompues pour sa survie et son indépendance. Il ressort de ses paroles que l’Albanie ne se laissera pas conquérir par la force et que l’Albanais sait mourir pour sa patrie. C’est alors qu’intervient Shan Deda, exalté par les propos d’Abdyl Frashëri. Avec des mots enflammés, il approuve son prédécesseur. Celui-ci s’exprime à nouveau et conclut par un appel à tous les Albanais pour défendre Hoti, Gruda, Plava et Gucia des griffes du Monténégro. Ces paroles font réagir Mar’ Lula, le bajraktar de Shala. En s’appuyant sur le kanun, il affirme que pour les Albanais, les Turcs constituent, autant que les Slaves, des ennemis. Il faudrait donc les combattre en même temps. Ali Pasha de Gucia prend la parole : il est du même avis, mais insiste sur la nécessité de rester alliés du Sultan, au moins provisoirement, sa chute à terme étant inéluctable. Pour ne pas prolonger davantage les discussions, il propose d’écrire une lettre aux Grandes Puissances ainsi qu’au Sultan. Les mots sont pesés attentivement, mais il apparaît clairement que la terre albanaise n’appartient à personne sinon à ceux qui l’habitent. Elle ne saurait donc être cédée ou vendue à qui que ce soit.

 

 

Le soleil perçait sur le Cukal,

Viens chanter, ô Zana des montagnes,

Chanter la Lahuta e Malcís[14],

Conter comment les chefs albanais

Se sont tous rassemblés à Prizren[15]

Pour se concerter et pour s’entendre,

Pour sauver les terres albanaises

Des griffes du Monténégro qui

A rassemblé canons et armée

Pour entrer à Plava, Gucia,

Pour prendre Shkodra et les Montagnes

Jusqu’où le Drin coupe le pays.

On dit que le Sultan d’Istanbul

A laissé les mains libres au Knjaz

D’allumer le feu dans nos foyers,

De mener son bétail sur nos champs,

De couper son bois dans nos forêts,

De se divertir avec nos filles,

De se moquer de nous comme s’il

N’y avait plus d’Albanais sur terre.

Il reste, à coup sûr, des Albanais,

Des Albanais au cœur généreux,

Hommes sages, braves combattants

Ne craignant pas de mourir si l’on

Menace leur terre ou leur honneur.

Ali Pasha est un de ceux-là :

Il a froncé ses épais sourcils,

Mécontent et en grande colère

Lorsqu’il a été informé de

La décision prise à Berlin

Qui soumettait l’Albanie aux Slaves.

Le brave a paru à Peja et

Porté un message à l’Albanie,

Aux chefs de clans et aux bajraktar,

Aux voïvodes, aux grandes maisons,

Afin qu’ils paraissent à Prizren

Constituer une assemblée[16], et

Comme dans le temps, pour la patrie

Nouer une besa, une alliance,

Prêter serment et s’engager à

Ne pas abandonner le pays,

Ne pas s’incliner devant les Slaves,

Ne pas enfiler la kapica,

Ne pas obtempérer au Sultan

Tant qu’il y aura des Albanais,

Tant qu’un chien dans sa niche aboiera,

Tant qu’un coq encore chantera

Sur les landes ou dans le maquis.

Entendant l’appel d’Ali Pasha,

Les Albanais se sont mis sur pied,

Les Guègues et les Tosques ensemble,

Chefs et bajraktar se sont levés,

Agas et pachas sont arrivés,

Beys et voïvodes sont venus,

Braves renommés, hommes d’honneur,

Au loin, célèbres pour leur sagesse,

Demandés comme médiateurs

Certains accompagnés, d’autres seuls,

Comme des étoiles dans le ciel.

Ils se sont dirigés vers Prizren

Où les habitants les ont reçus

Le cœur ouvert et d’un bon repas

Comme de coutume en Albanie

Lorsqu’un hôte s’annonce à la porte.

Une fois réunis au complet,

Ils se sont levés et ont marché

Ensemble vers le lieu du conseil

Au pied des montagnes de Prizren,

Ils ont pris place, rang après rang,

Avec Ali Pasha à leur tête.

Qui donc a crié sous le tilleul,

Sur les alpages du Luboten[17]

Faisant vibrer toute la vallée :

La blanche Ora de l’Albanie, qui

Se baignait à une source proche.

La plus Belle avait remarqué que

Plus loin, en contrebas, à Prizren,

Les Albanais s’étaient réunis.

Elle les a vus, s’est réjouie,

Puis elle a volé vers les sommets

Et dans la douce langue albanaise

A appelé la Zana du Sharr[18],

En faisant résonner les vallées :

« M’entends-tu, la grâce soit sur toi

Toi, au corps svelte, élevée au miel ?

Viens une fois en ce haut alpage,

Viens une fois si tu tiens à voir

Ce que n’ont fait les Turcs ni les Slaves ! »

En entendant l’appel de l’Ora,

La Zana est partie par les airs

Vers les alpages du Luboten

Qu’elle a atteints en un clin d’œil.

Là, l’Ora l’a fort bien accueillie

Et conjointement, main dans la main,

Elles ont devisé telles deux sœurs

En prenant place sur un coteau.

Une fois posées sur cette hauteur,

L’Ora s’est tournée vers la Zana :

« Je crois savoir, j’en suis même sûre

Que tu as toujours apprécié

D’entendre les hommes converser,

Remémorer d’anciens faits d’armes ;

Que tu aimes connaître les braves

Qui, pour la foi et pour la patrie,

Brandissent l’épée comme l’éclair,

Secouent le monde tel le tonnerre,

Taillent en pièces leurs ennemis.

Je t’ai priée, toi aux sourcils fins,

De paraître ici, en ces alpages

Pour te montrer qu’il y a encore

Des hommes, qui comme dans le temps,

Ne craignent la fumée ni la poudre,

Ne s’effraient du fracas des armes

Et affrontent l’ennemi en face.

Peux-tu les voir, là-bas à Prizren,

Ces hommes réunis en assemblée ?

Peux-tu les voir et les connais-tu ? »

« Je les vois, mais ne les connais pas,

Je ne pourrais dire qui ils sont. »

A répondu la blanche Zana,

« Mais à leur apparence, il me semble

Que les Achéens[19] vivent encore,

Ceux qui ont brûlé l’ancienne Troie.

Celui qui tient la place d’honneur,

Qui guide les débats du conseil,

Qui ressemble fort à un drangue,

On le prendrait pour Agamemnon[20].

Et cet autre, là, un peu plus loin,

Avec ses imposantes moustaches

Qui atteignent ses deux épaules

Et qui s’exprime d’une voix forte,

On dirait Diomède[21] en personne. »

L’Ora s’est réjouie sous cape et

Lui a répondu, sourire aux lèvres :

« Ma foi, ce ne sont des Achéens,

Ni des Achéens, des Dardaniens[22],

Ni des cyclopes ou des géants.

Ce sont les chefs des Albanais, les

Dirigeants des Guègues et des Tosques

Qui sont réunis en assemblée

Pour s’engager par une besa,

Se dresser, les armes à la main

Contrecarrer les plans de l’Europe

Qui, avec le Sultan, a conclu

D’autoriser le Monténégro

À démembrer la pauvre Albanie.

Quant au brave à la place d’honneur

Guidant les débats de l’assemblée

Qui rappelle quelque drangue

Et qui ressemble à Agamemnon,

Il n’est autre, chère demoiselle,

Que le héros Ali Pasha qui,

Pour la défense de son pays,

Incendierait sa propre maison,

Sacrifierait sa mère et son fils,

Renoncerait à sa propre vie.

Cet autre là-bas, un peu plus loin

Avec ses formidables moustaches

Qui touchent celles de ses voisins,

Il ne s’agit pas de Diomède

Mais bien du bajraktar de Shkreli[23]

Qui, comme le donjon d’un château

Défie les épées et les canons,

Il porte pour nom Marash Vata.

Mais il y a beaucoup d’autres hommes,

Des bajraktar, des beys, des chefs

Connus pour leur parole, leur sagesse,

Fameux pour leur bravoure, leur noblesse.

Ils ne trouvent d’égal nulle part

En Albanie, ni à l’étranger.

Vois-tu, celui là-bas, mat de peau,

En fistan[24] et en longues chaussettes

Dont les yeux ressemblent à des flèches,

Que tous saluent avec respect et

Qui discourt sans jamais s’échauffer,

Les mots soupesés au trébuchet,

Mots redoutables et portants loin

Que rois ou sultans ne contredisent ?

Sa maison, une noble lignée

Est célèbre dans tout le pays

Pour sa plume ainsi que son savoir,

Sans lesquels l’Albanie ne survit.

C’est le héros bey Frashëri[25]

Qui, là où il a eu à passer,

A honoré la Toskëria[26]

Ainsi que l’Albanie toute entière.

Derrière lui, un autre meneur :

Prenk Bibë Doda[27], un noble gaillard,

Bien qu’encore jeune par son âge,

C’est un homme accompli s’il convient

De parler avec tact et sagesse.

Il est un capitaine, ô Zana,

Capitaine de la Mirdita,

On cite ses paroles fort loin,

On les rapporte et on les répète,

On en dit du bien comme du mal.

Le suivant s’appelle Toptani[28],

Lui aussi largement renommé

Pour ses actions, bonnes ou mauvaises

Car le hardi, comme tu le sais,

Fait le bien et le mal en ce monde

Quand il s’agit de monter en grade.

Derrière lui, voilà Zogolli[29],

Gjetë Gegë Shllaku[30] et Begolli[31]

Et puis Çun Mula[32] et Mar’ Lula[33],

L’un de Hoti, l’autre de Shala[34],

Forts en armes, sages en paroles,

Comme Dodë Prêçi[35] de Kastrati[36].

Suit Vrioni[37] venu de Berat[38]

Puis le fameux héros Derralla[39]

Qui, bien qu’ayant la parole rare,

S’exprime de façon convaincante

Dès lors qu’il s’agit de résistance

Pour la bien-aimée terre albanaise.

Un peu plus loin, de l’autre côté,

Vois Zana un homme de Shkodra :

Shan Deda[40], fils de Dedë Jakupi

Qui, aux Chrétiens comme aux Musulmans,

Parle tête haute et franchement

Car il vient d’une lignée de braves

Qui combat les rois et les sultans.

Je suis convaincu que toi, Zana,

Tu vas acquiescer à mes propos

Car dans ses yeux je vois, j’en suis sûre,

Quel que soit l’incident, l’ennemi

D’un geste sûr, il saura tirer. »

« Puis-je savoir, Ora, une chose :

Qui est celui-là, aux cheveux noirs,

Avec deux kobure, une baguette,

Calotte de travers sur la tête,

Pantalon de feutre sous la taille,

Porté comme ne le fait nul autre ? »

« C’est Abdullah Dreni[41], ô Zana

Sans qui on ne tient pas d’assemblée.

Prizren redoute son caractère,

Gjakova[42] craint sa mauvaise humeur,

C’est tout Kosova qui l’appréhende.

Il ne renie jamais sa promesse

Pour un ami, pour une besa,

Il brûlerait sa propre maison

Et se battrait contre le Sultan,

Mais ne fera pas honte au pays. »

Pendant que sur le mont Luboten

Sous le frais ombrage du tilleul

S’entretenaient Ora et Zana,

Main dans la main, l’une près de l’autre

Au loin, en contrebas, à Prizren,

Abdyl Frashëri, ce sage Tosque

S’apprêtait à ouvrir l’assemblée :

« Avant que la louve sombre ne

Quitte les forêts du Capitole[43]

Pour donner le sein à Romulus

Mais après que Troie fut démolie,

Là-bas, loin à l’est, vers l’Oural, dans

Ces montagnes inhospitalières

Vivaient les Slaves, bêtes sauvages,

Cueillaient des baies, des pommes acides.

À cette époque, dans les Balkans,

Nos ancêtres, les lointains Pélasges[44],

Faisaient déjà paître leur bétail,

Mettaient déjà leurs bœufs au labour,

Avaient un trône, des lois, un ordre ;

C’était le printemps de la planète

Mais ils avaient beaucoup avancé

Sur le chemin de l’évolution.

Depuis là d’où vient le vent du nord

Jusqu’au Vésuve couvert de genêts,

Du Caucase aux falaises de Douvres,

Pays de la perfide Albion,

On ne trouve nulle part un peuple

Aussi ancien que les Albanais.

Ici ont eu lieu tant de hauts faits

Qui ont fait l’histoire de l’Europe :

Sur nos monts, nos alpages, Zeus a,

Le premier, apprivoisé les Hommes,

Par l’oracle de Dodone[45], il a

Mis un terme à leur sauvagerie.

Sur ces terres, zana et ora

Ont entamé leurs jeux et leurs danses,

Dans ces clairières, ces vastes plaines

Le fongueux Pégase a gambadé.

C’est d’ici qu’Alexandre[46] est parti

Conquérir le monde tout entier,

Ne s’arrêtant qu’aux bornes de l’Inde

La foudre en main, l’éclair dans les yeux.

D’ici Pyrrhus, le sabre aiguisé

A franchi la mer tel un orage,

Dressé son camp sous les murs de Rome

Après avoir fauché bien des têtes.

Depuis toujours, là où l’Albanais

Lié par la parole d’honneur

A attaqué, la guerre a fait rage,

Le sang a ruisselé sur la terre.

Il ne s’est pas trouvé de montagne

Pour résister à ses offensives,

Il chargeait en une immense vague,

Bravait le feu, armes à la main.

Gaulois, Romains, il y a longtemps

Ont traversé la terre albanaise,

Ensuite les tribus ostrogothes[47]

Et puis les Slaves – qu’ils disparaissent ! –

L’Albanais n’a pas courbé l’échine,

Ni accepté de joug étranger,

Il s’est sauvé, a pris le maquis

Mais n’a payé dîme ni tribut.

Telle une puissante déferlante

Regonflée et blanchie par l’écume,

Laissant peur et effroi derrière elle

Lorsqu’elle se brise sur la côte,

Ainsi, l’élan de chaque ennemi,

S’opposant à notre liberté,

S’est brisé sur l’armure d’acier

Des fils des montagnes albanaises.

Le sultan Mourad[48] avait cru que

Les Albanais étaient affaiblis,

Il était prêt à les attaquer,

À les soumettre, à les écraser,

Il avait massé une armée brave,

Des hommes habiles au combat ;

Le monde se taisait, effrayé,

L’Europe pleurait à chaudes larmes.

Or dans cette affaire, il se trompait :

Skanderbeg, tel la foudre du ciel

Avait brandi son sabre à Kruja

– Ce qu’il étincelait au soleil ! –

Rugissant tel un lion, il avait

Lancé un cri de guerre aux Albanais :

« Que les hommes viennent au combat

S’opposer à l’audace du Turc ! »

L’Albanie s’était dressée d’un bond,

Prête, les armes à la ceinture,

Et telle une tempête de grêle,

Avait chargé les Turcs, en furie.

À leurs heurts, la terre avait tremblé,

La fumée avait atteint le ciel,

Lande et montagne avaient résonné,

Le sang avait coulé en torrents.

Matés sous le genou des albanais,

Les corps répandus des janissaires

Tués comme bœufs par le boucher

Parsemaient la plaine de Dibra[49].

Ils avaient compris trop tard que l’on

Ne prenait l’Albanie par la force,

Et que mentaient ceux qui disaient que

L’Albanais ne meurt pour son pays. »

« Il meurt oui, je le jure par Dieu ! »

A entrepris Shan Deda, bouillant :

« Ils sont morts, ont été abattus

Quand il s’est agi de leur patrie.

Les Albanais n’ont pas hésité

À braver le Sultan d’Istanbul,

Dès lors que les Turcs d’Anatolie

Ont cherché à piétiner leurs droits.

Si le bien de la patrie l’exige,

La liberté du pays l’impose,

Les petits-neveux de Skanderbeg,

De toute foi, de toute obédience

Chargeront l’ennemi pareil à

Des faucons fondant sur des moineaux

Et là où ils brandiront leurs sabres,

La terre sera ensanglantée.

Aussi anciens que les stalactites,

Les Albanais ont subsisté libres

Depuis que les jours suivent les nuits,

Que les années suivent les années.

Ils ne se sont jamais inclinés

Si ce n’est devant le Tout-Puissant,

Lui qui nourrit le ver dans le bois,

Fait éclore les fleurs au printemps. »

« Debout alors, ô hommes du monde[50],

Puisque nous sommes prêts à périr

Pour la gloire de notre pays. »

A repris Abdyl, enthousiaste,

« Maintenant ou jamais l’Albanais

Va sacrifier sa vie, ses biens

Pour la patrie reçue des anciens,

Pour son honneur et sa liberté.

Les Sept Puissances et le Sultan,

Réunis en conseil à Berlin,

Sont tombés d’accord, ont conclu de

Céder au Monténégro nos terres,

D’accorder les Montagnes au Knjaz,

De séparer le frère du frère,

De faire succomber l’Albanie,

De nous laisser captifs chez les Slaves.

Que tous les fils de Kastrioti

Qui ne supportent le déshonneur,

Qui sont braves comme ceux d’antan,

Se saisissent de leurs armes cruelles

Et viennent sur les rives du Cem

Où nichent les Slaves menaçants

Afin de montrer qu’on ne soumet

L’Albanie sans répandre le sang.

L’étranger ne foulera nos terres

Et son bétail n’y paîtra jamais.

Tant que nous serons encore en vie,

Nous ne nous soumettrons à personne ;

De nos os, nous bâtirons un mur

Qui entourera l’Albanie et

Même les canons de la Russie

N’arriveront à le démolir. »

Ainsi parlait Abdyl Frashëri

Quand Mar Lula, homme de Shala,

Un épervier à l’œil enflammé,

Homme de parole et d’action,

L’a interrompu avec ces mots :

« Par Saint Barthélémy, je le jure,

Tu n’as nul besoin de me tancer

Sur mon dévouement pour le pays.

Depuis que l’Albanie est captive,

Je n’ai pas lâché mon fusil et

Pour le pays, pour la liberté,

J’ai rançonné, je me suis vengé,

J’ai vécu pareil à une bête

Déchaussé, dévêtu, affamé

Mais devant les Rois ou le Sultan

Je ne me suis jamais prosterné.

J’ai préservé la langue albanaise,

J’ai sauvegardé mœurs et coutumes,

Et pour de l’argent, pour des timar,

Je n’ai renié lignée, ancêtres.

Dès lors, si le Slave a pour projet

De venir attaquer l’Albanie

– Comme on rapporte qu’il va le faire –

Il se trouvera face à mes armes,

Celles des guerriers de Dukagjini

Qui, avec l’aide du Tout-Puissant,

Vont briser l’accord de Berlin et

Libérer l’Albanie. Mais dis-moi,

Pourquoi se battre contre les Slaves,

Quand les Turcs sont à l’intérieur

Et sans cesse causent le malheur ?

Ils m’ont maintenu la corde au cou,

M’ont déséché le cœur de chagrin,

Ils m’ont assassiné père et mère,

M’ont privé d’un fils à élever,

Ils m’ont déshonoré femme et sœur,

M’ont saisi les terres héritées,

Ils m’ont moissonné les champs plantés,

Ont foulé aux pieds notre Kanun[51],

M’ont dérobé les bœufs de labour,

M’ont volé les vaches et leurs veaux,

M’ont ravi les chèvres, leurs chevreaux,

M’ont pris les brebis et leurs agneaux,

M’ont asséché les prés, les enclos.

À présent, ils m’interdisent de

Parler dans la langue des ancêtres,

Un genou sur le ventre, ils m’étouffent,

Et ils me martyrisent l’esprit.

Que pourrait-il m’arriver de pire

Que de demeurer entre leurs griffes ?

Alors que ces Turcs d’Anatolie

Se moquent de nous au quotidien,

Nous devrions combattre le Knjaz ?

Non, par le Seigneur ! Qu’Il soit loué !

Parce que je ne suis pas un Maure

Qui irait guerroyer quelque part

Parce qu’un roi ou bien un sultan

Voudrait le tenir en esclavage.

Je ne défends que la liberté,

Mon honneur ainsi que l’Albanie.

Je ne veux d’un étranger pour maître,

Je n’admettrai de roi, de sultan :

L’Albanais est roi dans son pays ! »

« Tu t’es bien exprimé, bajraktar ! »

A admis le noble Ali Pasha

Répondant au premier des Shala.

« Tu ne mâches pas tes mots lorsque

Tu t’exprimes devant l’assemblée

Comme le veut le bien du pays.

Pour les Albanais qui sont ici,

Les Turcs et les Slaves sont pareils,

Puisque tous les deux, Turcs comme Slaves,

Ne tolèrent pas notre présence

Et tous les deux nous sont étrangers :

Gens qui, aux autres, comme à eux-mêmes

N’apportent un quelconque progrès

Pour la connaissance et la sagesse,

Pour les affaires et le commerce,

Pour l’éducation et le progrès.

Mais nous sommes un petit peuple et

N’avons pas de frères, ni d’amis,

Nous peinons à tenir tête aux Slaves

Qui veulent nous engloutir tout crus.

Alors je dirais que le bon sens

Voudrait qu’aujourd’hui et comme avant,

Nous restions avec le Sultan

Pour faire face au Knjaz Nikolla.

Un jour finira par arriver

Où le Turc commettra un faux pas,

Alors Guègues, Tosques s’uniront

Comme les graines d’une grenade

Pour repousser ensemble le Turc

– On change de peau, pas de nature ! –

Précipiter son effondrement

Et lui briser le cou à Mossoul.

Par conséquent, je serais d’avis,

De mettre fin aux discussions

Et de rédiger une missive,

Une lettre pesée, réfléchie

Aux Sept Rois à Berlin disant que

Nous ne vivrons sous férule slave

Avant que Drin, Shkumbin[52] et Buna,

Tous trois ne se vident de leur eau. »

A parlé Pasha de Gucia

Puis les chefs de toute l’Albanie

Ont entrepris d’écrire la lettre

En pesant chaque mot avec soin :

« Vous qui êtes les Sept Puissances

Et toi, le Sultan à Istanbul :

Les chefs de l’Albanie vous saluent.

La décision que vous avez prise

Et qui soumet l’Albanie aux Slaves :

Considérez l’affaire à deux fois

Elle pourrait causer des problèmes,

Nous ne serons serfs de personne et

Ne paierons de dîme à quiconque,

Dieu lui-même nous a octroyé

La belle terre de l’Albanie :

Nous ne l’avons prise aux Italiens,

Nous ne l’avons volée aux Français

Ni aux Anglais, ni aux Allemands,

Moins encore aux Slaves qui sont les

Derniers arrivés dans les Balkans[53]

Dont on ne sait s’ils y resteront,

De nos jours ici, demain, ailleurs,

Telle une nuée de sauterelles.

Quant aux Turcs ainsi qu’à leur Sultan

Qui veut offrir au Knjaz Nikolla

Nos Montagnes ainsi que Shkodra :

Faites-lui savoir que l’Albanie

Ne forme pas un panier de figues

Que l’on offre aux amis au passage.

Elle est la terre de nos ancêtres,

Elle est la patrie de Skanderbeg,

Le pays de Mois Golemi[54],

Ainsi que de Lekë Dukagjini[55],

Et de Kuka et de Muzaku,

De Streza et d’Arianiti, [56]

Qui ont tous combattu face aux Turcs.

Il n’y a donc ni roi, ni sultan

Qui peuvent céder, vendre nos terres

Tant qu’il restera un Albanais

Pour étendre son ombre sur la Terre. »

Ainsi, ils ont écrit la missive,

Ils l’ont paraphée, ils l’ont pliée,

Et la lettre a suivi son chemin

Vers Berlin où étaient réunis

Les Sept Rois ainsi que le Sultan

Pour écrire l’avenir du monde.

 

 

 

[1] – Est appelée Roumélie (Rumeli en turc) la partie européenne de l’Empire ottoman. L’espace ainsi désigné a varié dans le temps, en fonction du contexte et de l’évolution des possessions ottomanes.

[2] – Plevna, appelée aujourd’hui Pleven, est une ville située au nord de la Bulgarie. Le poète fait allusion ici à la bataille qui a eu lieu lors de la guerre russo-turque de 1877-1878. Le général ottoman Osman Pașa, qui tient pendant près de six mois la forteresse attaquée par l’armée russo-roumaine, capitule en décembre 1877 après une résistance héroïque.

[3] – De fait, à Berlin se sont réunis les ministres des affaires étrangères et non les chefs d’État des Grandes Puissances.

[4] – Plav en BCMS, Plavë (déf. Plava) en albanais, ville située au sud-est du Monténégro, aux sources de la rivière Lim, proche des frontières de l’Albanie et du Kosovo. Aujourd’hui, la majorité de ses habitants sont musulmans, locuteurs monténégrins.

[5] – Gusinje en BCMS, Guci (déf. Gucia) en albanais, ville située au sud-est du Monténégro, proche de la frontière de l’Albanie. Comme sa voisine Plava, Gucia est à présent majoritairement habitée par des locuteurs monténégrins.

[6] – Commandant monténégrin qui après son refus de combattre les Albanais, n’apparaît plus dans le poème.

[7] – Hoti (indéf. Hot) désigne une tribu albanaise (un ‘fis’ se reconnaissant un ancêtre commun), ainsi que le territoire que celle-ci habite. Ce territoire, qui constituait un bajrak, est situé dans présente la municipalité de Malësia e Madhe, le long de la frontière monténégrine, qu’il dépasse en partie. Hoti est entourée par la région tribale de Gruda au nord, par celle de Kelmendi à l’est et celle de Kastrati au sud-est. Le nom Hoti apparaît pour la première fois en 1330 comme nom personnel et les Hoti comme tribu sont mentionnés en 1621 (Elsie 2015, p. 47). Au xixe siècle, les Hoti comptent 4 à 500 familles représentant environ 4 000 âmes. (Hecquard 1863, p. 161, Durham 1909, p. 67). Les mêmes auteurs mentionnent la tribu comme étant pratiquement toute catholique sauf quelque familles, parmi lesquelles celle de son bajraktar. Selon les mêmes sources, Hoti avait une préséance par rapport aux autres tribus des Montagnes de Shkodra, voire de tout le nord de l’Albanie, que ce soit à la guerre, ou lors des assemblées.

[8] – Gruda (indéf. Grudë) désigne une tribu albanaise (qui n’est pas un ‘fis’, descendant d’un ancêtre commun) ainsi que le territoire qu’elle a habité et qui fait désormais partie du Monténégro. Les terres des Gruda, constituées en un bajrak, se situaient entre Tuz au Monténégro, le Cem au nord et la frontière albanaise, elles étaient entourées par les régions traditionnelles des Hoti et Kelmendi au sud et à l’est, et par d’autres régions tribales slaves au nord. Le nom des Gruda est enregistré pour la première fois en 1648 (comme Grudi). Entre le milieu du xixe et le début du xxe siècle, les sources font mention de 300 à 500 familles appartenant à la tribu. Ces mêmes sources évoquent une tribu partagée en environ deux tiers de catholiques et un tiers de musulmans. Suite au Congrès de Berlin, des tentatives ont été faites par les Grandes Puissances afin d’octroyer le territoire des Gruda (ainsi que celui des Hoti) au Monténégro. Ces tribus ayant résisté, leurs terres sont demeurées ottomanes jusqu’en 1913. Mais la Conférence de Londres a alors confirmé la cession de ces territoires au Monténégro et celui-ci est parvenu à les envahir dans la foulée. Les Gruda se trouvant plus profondément en territoire monténégrin que les Hoti, ils ont dû fuir en masse vers Shkodra où un journaliste britannique alors sur place, rapporte qu’ils étaient près de deux mille. (Hecquard 1863 ; Durham 1909 ; Elsie 2015).

[9] – Le nom de Lekë (déf. Leka) est employé par le poète tout au long du Luth des Montagnes pour nommer les combattants des montagnes albanaises, envisagés comme descendants de Lekë Dukagjini (cf infra note du v. 537, ch. IX) ou / et d’Alexandre le Grand.

[10] – Le Ruisseau Sec (en albanais Përroi i Thatë) est un affluent du lac de Shkodra. On l’appelle ainsi car son lit est sec la majorité de l’année.

[11] – Le përshesh (déf. përsheshi) est une sorte de pudding et en général un aliment mou, écrasé. En disant à Pal Milani qu’il est « juste bon à manger du përshesh », le Knjaz lui dit qu’il est faible comme un vieillard.

[12] – Le kamelaf (kamilavkion en grec, kamilavka en russe) est le couvre-chef porté par les moines orthodoxes.

[13] – Marko Miljanov Popović, (1833-1901), militaire et écrivain monténégrin. Il naît d’un père orthodoxe d’origine serbe et d’une mère catholique d’origine albanaise. En tant que militaire, il sert sous les Princes Danilo et Nicolas. Le Mark Milani historique attaque Plav et Gusinje le 4 décembre 1879, attaque dont le poète fera le récit dans les chants 18-25. Plus tard, à l’âge de 50 ans, Mark Milani apprendra à lire et à écrire et sera l’auteur, par la suite, de quatre livres.

[14] – Chanter dans le Luth des Montagnes, Lahuta e Malcís étant le titre du poème.

[15] – Prizren (déf. Prizreni), Prizren en BCMS, ville située au sud du Kosovo, au pied des monts Sharr. Il s’agit d’une ancienne cité, connue sous le nom de Theranda pendant l’Antiquité, qui a continué d’exister aux iv-ve siècles (mentionnée par Procope de Césarée) pour se retrouver, au Moyen-Âge sous domination bulgare, serbe (d’où l’existence de plusieurs églises anciennes dans la ville) et enfin ottomane à partir de 1455. À partir de 1570, la ville devient capitale de tout le sandjak, puis en 1877 intègre le vilayet de Kosova. En 1878, elle est le siège de la Ligue de Prizren qui va organiser la défense des territoires à majorité albanaise. En 1912, lors de la première guerre balkanique, la ville est prise par les Serbes. Depuis, elle a fait partie du royaume de Serbie, puis de la République de Yougoslavie, et enfin, à partir de 2008, du Kosovo indépendant.

[16] – Historiquement, cette assemblée est la réunion fondatrice de la Ligue de Prizren. En effet, en réaction au traité de San Stefano (3 mars 1878) qui morcelait gravement les territoires peuplés d’Albanais, des musulmans se réunissent en ligues et s’engagent à défendre coûte que coûte les territoires de Plava, Gucia, Berane (rapport du consul anglais à Shkodra du 3 mai 1878, cité par Vickers (1995, p. 29)). Un peu plus tard, le 10 juin 1878 s’ouvre à Prizren une réunion d’environ 300 délégués de tous les territoires albanophones ainsi que de Bosnie, qui à ce moment-là faisait face à la perspective d’une occupation autrichienne. Parmi les Albanais, ceux du vilayet de Kosova étant surreprésentés. De même, nous dit Gaërych (2006, p. 46), les différences de niveau socio-économique étaient marquées et les conservateurs présents en grand nombre. Abdyl Frashëri, qui dirigeait la réunion, souhaitait voir les Albanais s’unir d’une besa afin de défendre leurs territoires. Les chefs tribaux, eux, avaient des préoccupations plus locales tandis que les chefs religieux ne pouvaient imaginer quelque action en dehors du cadre de l’Empire. Les délégués décident de la création d’un comité central à Prizren qui coordonnerait l’action de la Ligue à travers les territoires albanophones. Les différentes régions s’engagent à mettre à disposition de la Ligue un certain nombre de combattants (les chiffres divergent, les historiens albanais ont évoqué 100 000 hommes, mais cela semble exagéré au vu de population albanaise de l’époque). Un mémorandum nommé kararname est signé par 47 notables, tous musulmans et envoyé à la Sublime Porte le 18 juin 1878. C’est un compromis à minima entre les nationalistes et les plus conservateurs, affirmant la détermination de la Ligue à défendre coûte que coûte le millet (communauté religieuse) et le vatan (patrie) contre les ennemis de l’État, dans le cadre de l’Empire et en accord avec « l’illustre loi islamique ». Dans ce document, la Ligue se déclare néanmoins indépendante de l’Empire et elle se dote d’une organisation militaire, afin de défendre les territoires albanophones, contre les Slaves et les Grecs. Dans le même temps, un groupe d’Albanais, parmi lesquels Sami Frashëri, Abidin bey Dino, Omer Vrioni et Pashko Vasa, adressait à Bismarck à Berlin un mémorandum affichant clairement la position des Albanais : « Le peuple Albanais, inspiré par la tradition et par ses intérêts, désire rester uni. Il souhaite demeurer dans l’Empire ottoman sous le règne de Sa Majesté le Sultan et il ne consent à aucun morcellement de son territoire. » (cité d’après Gaërych 2006, p. 47). En 1880, le sultan Abdülhamid répond aux revendications albanaises par une proclamation adressée « à toute l’Albanie », dans laquelle il rejette l’idée d’une réunification des terres albanophones en un seul vilayet. Pour se justifier, il cite l’exemple des Tatars de Crimée et du Daghestan (Caucase) : lorsque des musulmans s’autonomisent de l’Empire, ils finissent par tomber aux mains des étrangers. En 1881, Derviș Pașa, à la tête d’une armée de 20 000 hommes, marche vers le vilayet de Kosova. Le 25 mars, il prend Skopje, en avril Prizren et le 5 mai, Gjakova. C’est la fin des activités de la Ligue de Prizren.

[17] – Le Luboten (déf. Luboteni), Ljuboteni en BCMS est un sommet de la chaîne montagneuse de Sharr (Šar, en BCMS). Situé sur la frontière entre le Kosovo et la Macédoine, il atteint 2 498 m.

[18] – Les monts Sharr (Malet e Sharrit en albanais, Šar Planina en BCMS) constituent un massif montagneux situé au Kosovo et en Macédoine. D’une longueur d’environ 80 km, la chaîne culmine au pic Tito (Turk i Madh en albanais, Tito Vrv en macédonien), à 2 748 m.

[19] – Dans l’Iliade et l’Odyssée, sous le nom d’Achéens, Homère désigne l’ensemble des Grecs rassemblés devant Troie.

[20] – Dans la mythologie grecque, Agamemnon est le fils d’Atrée et d’Aéropée. Il est roi de Mycènes, commandant de l’ensemble des Achéens dans leur expédition contre Troie d’après l’Iliade.

[21] – D’après la mythologie grecque, Diomède est le fils de Tydée et Déipyle. Il est roi d’Argos et l’un des principaux héros achéens lors de la guerre de Troie.

[22] – Les Dardaniens ou Dardani sont une tribu indo-européenne qui s’est installée dans la région qui a pris leur nom et qui correspond plus ou moins à l’actuel Kosovo. Leur appartenance aux Illyriens ou aux Thraces fait débat « Que les Dardaniens soient un peuple illyrien ou thrace a fait l’objet de vives discussions, et certains pensent que la région était à l’origine peuplée de Thraces qui ont ensuite été exposés au contact direct des Illyriens pendant une longue période. » (Ëilkes 1992, p. 85). Bardylis (env. 448-358 av. J.-C.) est le souverain le plus connu des Dardaniens, il a plusieurs fois affronté et battu les Macédoniens et les Molosses.

[23] – Shkrel (déf. Shkreli) désigne une tribu albanaise ainsi que la région qu’elle habite dans la vallée du Përroi i Thatë, à l’ouest de Shkodra, dans la présente municipalité de Malësia e Madhe. Les Shkreli sont entourés par les Kastrati au nord-ouest, les Boga et les Plani à l’est. Leur nom est mentionné dès 1416, puis de nombreuses fois au xviie siècle. Leur territoire constituait un bajrak et Hyacinthe Hecquard estime leur nombre à un peu plus de 4 000 au milieu du xixe siècle. Au recensement de 1918, Shkreli comptait 2 688 habitants dans 415 ménages (Seiner 1922, p. 112). La tribu est majoritairement catholique et son nom dériverait de Saint Charles (Shën Kerli), selon Edith Durham. (Elsie 2015, pp. 81-89 ; Hecquard 1863, pp. 198-200).

[24] – Le fistan (déf. fistani) ou fustan (déf. fustani) est un habit traditionnel masculin, commun jusqu’à la période de l’indépendance albanaise, appelé généralement fustanelle en français. C’est une jupe en coton, habituellement de couleur blanche, de longueur variable (entre le dessus du genou et la cheville), évasée et pourvue de nombreux plis. La fustanelle était portée avec une sorte de longs bas de laine blanche. Son usage était très répandu au xixe siècle, davantage au sud qu’au nord, où ne l’observait qu’à Shkodra. (Gjergji 1988, pp. 110-113 et 171-174).

[25] – Il s’agit d’Abdyl bey Frashëri (1839-1892), l’une des principales figures de la rilindja, le ‘renouveau’ albanais au cours de la seconde moitié du xixe siècle. Comme ses frères Naim et Sami, Abdyl naît à Frashër au sud de l’Albanie et fait ses études secondaires au lycée Zosimea de Ioannina. En 1877 il devient fonctionnaire et est nommé chef du bureau des douanes de la même ville. La même année, il est élu député au premier Parlement ottoman et quelques mois plus tard, il fonde le Comité central pour la défense des droits du peuple albanais à Istanbul. Après la guerre russo-turque et le traité de San Stefano, Abdyl Frashëri écrit plusieurs articles dans des journaux d’Istanbul, Vienne ou Trieste pour défendre la cause albanaise et il ouvre la réunion fondatrice de la Ligue de Prizren en juin 1878 en tant que représentant du Comité central. Après la réunion de Prizren, il fonde plusieurs comités dans les villes du sud de l’Albanie. En 1879, il voyage à Berlin, Paris, Rome et Vienne pour plaider la cause albanaise. En octobre de la même année, à Istanbul, il cofonde la Société pour l’Edition de Livres en Albanais (Shoqëria e të Shtypuri Shkronja Shqip). Avant la répression de la Ligue par le pouvoir ottoman, Abdyl Frashëri prend part à plusieurs de ses assemblées locales, à Dibra et Gjirokastra notamment. En avril 1881 cependant, la Ligue est réprimée et Abdyl Frashëri condamné à la prison à vie. Après trois ans de détention dans la citadelle de Prizren, il est libéré pour raisons de santé et finit sa vie à Istanbul. (Elsie 2013, pp. 147-148, Clayer 2018, Gaërych 2006).

[26] – Toskënia (en guègue) Toskëria (en albanais standard) désigne la région habitée par les Tosques, l’un des deux sous-groupes ethniques des Albanais (cf. aussi la note du v. 225, ch. VI).

[27] – Prenk Bibë Doda (1858-1920), figure politique et chef de tribu albanais. Né à Orosh dans la région de Mirdita dans la famille Gjonmarkaj, Prenk Bibë Doda passe ses jeunes années à Istanbul. Il revient en Mirdita en 1876 et hérite du titre héréditaire de Capitaine. Peu de temps après, en contact avec le Monténégro, il suscite une révolte, vaincue par les Turcs en 1877. Par la suite, en 1878, Doda participe à la Ligue de Prizren. En 1881, à la suppression de celle-ci, les Ottomans le déportent en Anatolie où il passe de longues années. Il revient en Albanie en 1908 suite à la révolution Jeune-Turque. Après l’indépendance de l’Albanie, il est, pendant une très courte période, ministre des affaires étrangères du Prince Ëilhelm zu Ëied en 1914. Enfin, en 1918-1919, peu de temps avant sa mort, il est élu vice-premier Ministre du gouvernement de Turhan Pasha Përmeti, (Elsie 2013, pp. 118-119). Gabriel Louis-Jaray, qui l’a rencontré lors de son voyage en Albanie en 1909 le décrit ainsi : « Prenk Pacha a vécu longtemps en exil à l’étranger et en Asie Mineure, où Abdülhamid le relégua, par crainte de son influence. Durant ses heures de solitude forcée, il cultiva son esprit, et c’est aujourd’hui un connaisseur accompli de la langue et de la littérature françaises ; de son contact avec les choses d’Europe, il a conservé une largeur d’esprit que d’aucuns qualifieraient de scepticisme, mais qu’il concilie parfaitement avec une piété expressive […]. C’est peut-être un homme d’affaire avisé et un adroit diplomate ; mais il donne bien plutôt l’impression d’un homme bout en train dans le privé ; dans la vie publique plein d’autorité, de véhémence et de prestige. Son palais de Scutari [Shkodra], très simple du dehors, est garni de riches tentures d’Orient, de tapis d’Asie Mineure, de meubles incrustés et d’armes rares. » (Louis-Jaray 1913, pp. 132-134).

[28] – Les Toptani constituaient une vieille famille de propriétaires terriens de la région de Tirana. On ne sait avec précision qui est évoqué par le poète mais c’est probablement le père d’Essad Pacha Toptani (1863-1920) qui jouera un rôle politique majeur dans les premières années du xxe siècle. Il est à noter que le poète mentionne ici certains personnages et certaines familles qui jouaient un rôle plus important au moment où il écrivait le Luth des Montagnes qu’au moment où se déroulaient les événements décrits.

[29] – Les Zogolli étaient une famille dirigeante de la région de Mat, en Albanie centrale. Il ne semble pas y avoir de traces historiques de leur participation à la Ligue de Prizren. À la fin du xixe siècle, Djemal pacha, le père du futur roi d’Albanie, Zog Ier est nommé kaymakam du kaza de Mat (Clayer 2018, pp. 90-91).

[30] – Gjetë Gegë Shllaku, leader albanais, participant à la Ligue de Prizren selon le poète.

[31] – Les Begolli étaient une famille de beys et de grands propriétaires terriens de Peja, au Kosovo. Dans la liste des signataires de la résolution de la Ligue de Prizren, on trouve un certain Zenel bey, de Peja, probablement un Begolli. Comme participant à la Ligue de Peja de 1899, on rencontre Halil Hasan Begolli et comme signataires de la déclaration d’indépendance de Vlorë (1912), Zenel bey Begolli.

[32] – Çun Mula (1818-1896), bajraktar de la tribu de Hoti. Il apparaîtra dans les chants XII et XIII, notamment.

[33] – Mar’ Lula, meneur des combattants de Shala.

[34] – Shala (indéf. Shalë) désigne une tribu albanaise (un ‘fis’ descendant d’un ancêtre commun) ainsi que le territoire qu’elle habite et qui est située dans la présente municipalité de Shkodra. Shala est entourée par les régions tribales de Boga, Shkreli et Plani à l’ouest, Shoshi au sud et Nikaj à l’est. Le nom de Shala est mentionné la première fois en 1634 (Sciala). Au milieu du xixe siècle, la tribu compte de 2 500 à 4 000 membres, selon les sources. En 1918, d’après le premier recensement fait après l’indépendance de l’Albanie, elle compte 5 212 habitants en 431 foyers (Seiner 1922, p. 112). Les Shala sont tous catholiques, toutes les sources concordent sur ce point. H. Hecquard dit même : « Aucune autre tribu chrétienne ne fut aussi fidèle à la foi de ses pères que les Schialla et les Schochi [autre tribu voisine] ; elles ne comptent aucun renégat, et ne permettent pas aux Musulmans de demeurer dans leurs montagnes. » (Hecquard 1863, p. 146).

[35] – Dodë Prêçi, combattant, bajraktar des Kastrati, on trouve sa trace comme membre de l’assemblée de Greça en juillet 1911. Assemblée qui a organisé cette année-là une insurrection des montagnes de Shkodra.

[36] – Kastrat (déf. Kastrati) désigne une tribu albanaise ainsi que le territoire qu’elle habite. La région de Kastrati est située dans la présente municipalité de Malësia e Madhe, au nord-est de Bajza. Elle bordée au nord par la tribu des Hoti, au nord-est par celle de Kelmendi et au sud par celle de Kopliku. Son nom est mentionné comme Kastrati en 1416 et Castrati en 1635. Selon le savant Johann Georg von Hahn, les Kastrati étaient un peu plus de 3 000 au milieu du xixe siècle, ils étaient 3 280 répartis en 516 ménages en 1918 (Seiner 1922, p. 110). Les Kastrati, pratiquement tous de confession catholique, sont un fis, ayant un ancêtre commun et constituaient un bajrak. (Elsie 2010, p. 226, Hahn 1854).

[37] – Mehmet Ali Pasha Vrioni (1842-1895), figure politique albanaise de la fin du xixe siècle. Né à Berat, dans une grande famille de propriétaires terriens, il est le père d’Iljaz bey Vrioni et le grand-père de Jusuf Vrioni. À partir des années 1877, Vrioni fait partie de différentes organisations de promotion de l’autonomie albanaise. En 1878, il participe à la Ligue de Prizren, où il représente Berat. En 1879, avec Abdyl bey Frashëri, il voyage dans les capitales européennes afin de faire connaître la cause albanaise. Autour de 1881, il est nommé muttasarif (gouverneur) de Berat mais un peu plus tard il est emprisonné en raison de ses activités nationalistes. (Elsie 2013, pp. 476-477).

[38] – Berat (déf. Berati), ville située dans le centre-sud de l’Albanie. La cité est entourée de montagnes, notamment du mont Tomorr à l’est. Parmi l’une des villes les plus anciennes de l’Albanie, Berat est classée depuis 2008 au patrimoine mondial de l’humanité. Dans l’Antiquité, elle était connue sous le nom d’Antipatreia et dans la période byzantine, les sources en font mention sous celui de Pulcheriopolis, siège d’un évêché sous l’empereur Théodose II (408-450 ap. J.-C.). Durant le Moyen-Âge, elle est passée successivement sous la domination des Byzantins, des Bulgares, des Normands (1082-1085), des Angevins (1271- ), des Serbes (1346- ) et des Ottomans (1417- ). Le nom de Berat dériverait du slave beli grad ‘ville blanche’. (Elsie 2010, p. 46-47).

[39] – Mehmet Hasan Derralla (1847-1918), figure militaire et politique albanaise. Après une scolarité à Skopje, il est envoyé à l’Académie militaire d’Istanbul. À sa sortie, il occupe de hautes fonctions militaires à Baghdâd, Alep et Thessalonique. Il gagne le titre de pacha et revient à Skopje. En 1878, il prend part à la Ligue de Prizren et met fin à sa carrière dans l’armée ottomane. Par la suite, en 1899, il prend part à la Ligue de Peja, réprimée également par les Ottomans. Il est fait prisonnier et exilé en Irak, d’où il ne revient qu’en 1908 à la faveur d’une amnistie. En 1910-1912, il prend part à de nombreux soulèvements contre les Ottomans mais aussi les Serbes et les Monténégrins. En 1912, il est signataire de la déclaration d’indépendance de l’Albanie et par la suite, ministre de la guerre. En 1916, il est capturé par les Serbes et emprisonné à Belgrade et Podgorica, où il meurt, probablement empoisonné. (Elsie 2013, p. 105).

[40] – Shan Deda, combattant albanais, fils de Dedë Jakupi, participant à la Ligue de Prizren selon le poète. Selon Robert Elsie et Janice Mathie-Heck (2005, p. 413), les Deda étaient une famille commerçante de Shkodra qui, sans être considérés comme famille dirigeante, jouissaient d’un certain prestige.

[41] – Abdullah Dreni (1820-1878), leader albanais et militaire ottoman de Gjakova. Après avoir fait carrière dans l’armée ottomane, il prend part à la guerre russo-turque de 1877-1878 et obtient le titre de pacha en récompense de son action au siège de Plevna (1877). En 1878, à la suite du Congrès de Berlin, Mehmet Ali Pasha est mandaté par l’Empire ottoman pour organiser la cession des régions albanophones de Plava et Gucia au Monténégro. Durant son séjour à Gjakova (relaté dans le chant X), Mehmet Ali Pasha loge dans la kulla d’Abdullah Dreni. Des insurgés albanais, en désaccord avec la décision ottomane, cherchent à obtenir sa reddition. Abdullah Dreni le défend jusqu’au bout, en vertu du droit coutumier qui accorde la protection à un hôte, mais aussi probablement pour des raisons politiques. Le 6 septembre, à l’issue d’un assaut de trois jours, Abdullah Dreni ainsi que son hôte sont tués par les insurgés. (Elsie 2012, p. 125 ; Prifti 2002, p. 169).

[42] – Gjakova (indéf. Gjakovë), Djakovica en BCMS, ville située au sud-ouest du Kosovo, entre Peja et Prizren. Elle a été fondée à la fin du Moyen-Âge et le voyageur turc Evliya Çelebi qui la visite en 1662 la décrit comme une belle ville de 2 000 maisons bâties en pierres, de quelques hans (auberges) et de 300 magasins. Durant la période ottomane, Gjakova a été une ville de marchants et d’artisans, stratégiquement positionnée sur la route entre Shkodra et Istanbul. En 1999, lors de la guerre du Kosovo, le centre-ville et le bazar ont été presque entièrement détruits par les forces serbes. (Elsie 2011, pp. 111-112).

[43] – Ici la poète fait référence au mythe de la fondation de Rome, par les jumeaux Remus et Romulus, fils de Rhéa Silvia et de Mars d’après la mythologie romaine.

[44] – Le terme de Pélasges est utilisé par certains auteurs classiques (dont Homère) pour désigner les ancêtres ou les précurseurs des Grecs. En général, ‘pélasgien’ en est venu à désigner plus largement tous les habitants autochtones de la région de la mer Égée et leurs cultures, tout peuple ancien, primitif et probablement autochtone dans le monde grec. Au milieu du xixe siècle, le savant et diplomate allemand Johan Georg von Hahn a donné aux Albanais une origine pélasge en s’appuyant principalement les auteurs classiques, l’histoire et la linguistique. Or, cent cinquante ans plus tard, il ne fait pas de doutes que cette théorie est obsolète. L’origine des Albanais est encore un sujet de débat et de controverses entre savants, ainsi qu’un enjeu politique et nationaliste fort. Pendant longtemps, une origine illyrienne était admise. Par la suite, des théories postulant une origine thrace voire dace ont été soutenues. Le débat était ainsi résumé par John V. A. Fine au début des années 90 : « […] les arguments en faveur de l’origine dace des Albanais ont des points forts et ne peuvent être sommairement rejetés. Il faut davantage de preuves qui, en raison de la nature de nos sources, pourraient ne jamais être obtenues. Ainsi, la question pourrait bien être l’une des nombreuses questions de l’histoire des Balkans à laquelle nous ne pourrons peut-être jamais répondre. De plus, les Albanais n’avaient pas un seul ancêtre dans l’un ou l’autre de ces peuples pré-slaves : les Albanais actuels, comme tous les peuples des Balkans, forment un mélange ethnique et, outre cet ancêtre principal, ils contiennent un mélange d’ascendance slave, grecque, valaque et romano-italienne. » (Fine 1991, pp. 11-12).

[45] – Dodone est un sanctuaire oraculaire dédié à Zeus et à la Déesse-Mère, révérée sous le nom de Dioné. Il est situé en Épire sur les pentes du mont Tomaros, au sud d’Ioannina. C’est le plus vieil oracle grec, (d’après Hérodote, il remonterait au IIe millénaire av. J.-C.), et l’un des plus célèbres avec ceux de Delphes et d’Ammon. Les prêtres et les prêtresses du bosquet sacré interprétaient le bruissement des feuilles de chêne sous le vent.

[46] – Le poète fait référence à Alexandre le Grand que beaucoup d’Albanais revendiquent comme un ancêtre.

[47] – Les Ostrogoths constituent la branche orientale des Goths, l’autre branche étant celle des Ëisigoths. Aux iiie et ive siècles de notre ère, ils constituent une puissance qui s’étend de la mer Baltique à la mer Noire et qui atteint son apogée sous le roi Ermaneric qui meurt vers 370, date qui correspond à l’invasion des Huns. Quelques quatre-vingt ans plus tard, après l’effondrement de l’empire Hun suite à la bataille de Nedao en 453, les Ostrogoths migrent vers l’ouest en direction de l’Illyrie et des frontières de l’Italie. À la fin des ve et vie siècles, sous Théodoric le Grand, la plupart des Ostrogoths s’installent d’abord en Mésie (vers 475–488), puis conquièrent le royaume d’Italie du guerrier germanique Odoacre en 493. Le poète se réfère à cette lente traversée des Balkans par les Ostrogoths.

[48] – Il est question du sultan ottoman Murad II (1404-1451) qui régna de 1421 à 1444 et de 1446 à 1451. En 1450, il conduisit une armée de 100 000 hommes en Albanie et assiégea sans succès la citadelle de Kruja, tenue par Skanderbeg.

[49] – Debar, Dibër (déf. Dibra) en albanais, ville située en Macédoine, près de la frontière avec l’Albanie et peuplée d’une majorité albanophone. Il est ici sans doute question de l’affrontement entre les forces de Skanderbeg et les Ottomans devant la forteresse de Svetigrad (aujourd’hui Kodžadžik en Macédoine) en mai-juillet 1448 où malgré une défaite finale, les Albanais infligèrent de lourdes pertes à leurs ennemis.

[50]«burra të dheut, », littéralement ‘hommes de la terre’. Nous traduirons toujours ‘hommes du monde’ car c’est ce qui se rapproche le plus du véritable sens de cette expression. En effet, ce sont les héros, les hommes particulièrement courageux qui sont nommés ainsi. On doit donc comprendre cette expression comme ‘hommes fameux dans le monde’, non ‘hommes de la terre’ où ‘terrestres’, ni ‘gentleman’ ou ‘aristocrate’ (dans son acception française).

[51] – Le kanun est un ensemble de lois albanaises traditionnelles transmises oralement. Utilisé dans le centre et le nord de l’Albanie ainsi qu’au Kosovo, la variante principale du kanun aurait été élaborée à la fin du Moyen-Âge par un prince, compagnon d’armes de Skanderbeg, Lekë Dukagjini (du moins il en porte le nom, car les débats entre savants sont encore vifs quant à sa véritable origine, voir par exemple Syrja Pupovci 1989, pp. 140-170). Cette variante principale a été mise à l’écrit et codifiée par le père Shtjefën Gjeçovi (1874-1929), un Franciscain ayant longtemps vécu dans les montagnes lui-même. Ce code juridique régule les comportements et régit des pans entiers de la vie sociale des montagnards de ces régions autrement dépourvues de lois. Il a été appliqué de manière stricte pendant des siècles, prévalant sur les lois ecclésiastiques ou séculières et il continue d’être suivi parfois encore aujourd’hui, malgré les efforts faits dans la période communiste en Albanie pour le bannir. « À l’aide de cet ancien code, les tribus des montagnes ont été capables de préserver leur identité, leur autonomie et leur façon de vivre malgré une domination de l’Empire ottoman qui a duré cinq siècles » résume Robert Elsie (2001, p. 147). Le kanun de Lekë Dukagjini est basé sur des valeurs fondamentales qui sont celles de l’honneur (nderi), de l’hospitalité (mikpritja), de la bonne conduite (sjellja) ou encore de la loyauté envers la lignée (fisi). Il est divisé en douze chapitres : 1) l’église ; 2) la famille ; 3) le mariage ; 4) la maison, le bétail, la propriété ; 5) le travail ; 6) le transfert de la propriété ; 7) la parole donnée ; 8) l’honneur ; 9) les dommages ; 10) la loi contre les crimes ; 11) la procédure ; 12) les exemptions et les exceptions. Ses dispositions sur la vendetta (gjatkmarrje, littéralement ‘prise de sang’) sont les plus connues mais aussi les plus controversées. À signaler qu’il existe plusieurs autres kanun moins connus comme le kanun de Labëria ou le kanun des Montagnes.

[52] – Le Shkumbin (déf. Shkumbini) est un cours d’eau du centre de l’Albanie. Il prend sa source dans les monts Valamara, coule vers le nord-ouest, arrose Librazhd puis bifurque vers l’ouest, arrose Elbasan, Peqin et se jette dans l’Adriatique à Divjakë. Le Shkumbin marque la frontière entre les deux dialectes albanais, le guègue au nord et le tosque au sud.

[53] – Historiquement, ce sont les Turcs qui sont arrivés les derniers dans la péninsule.

[54] – Moisi Golemi, également connu sous le nom de Moisi de Dibra (Moisiu i Dibrës en albanais), noble de la région de Debar, neveu du seigneur Gjergj Arianiti, né à une date inconnue, mort en 1464. Quand Skanderbeg arrive en Albanie, Moisi s’allie à lui et devient commandant des gardes-frontières. Il se distingue lors de la bataille de Torvioli en 1444. Après la défaite des Albanais lors du siège de Berat en 1455, Moisi Golemi trahit Skanderbeg et passe dans le camp des Ottomans. L’année suivante il attaque Skanderbeg avec quinze mille hommes, mais est défait par celui-ci. Il se retire alors en Macédoine, puis à Istanbul, où il est ignoré par les autorités ottomanes. Peu de temps après, il retourne à Skanderbeg, qui le pardonne et le réintègre. Golemi consacre le reste de sa vie à la lutte albanaise, mais en 1464, il est capturé par Balaban Pasha, sanjakbey ottoman d’Ohrid, à la bataille de Vaikal (Valcalia) en même temps que les meilleurs commandants des armées de Skanderbeg. Malgré des propositions de rançon très élevées de la part de celui-ci, le sultan Mehmet II refuse de le libérer. Moisi Golemi sera écorché vif et son corps jeté aux chiens dans les rues d’Istanbul. (Hodgkinson 1999, p. 72, 199).

[55] – Lekë Dukagjini (1410-1481), souverain issu de la famille des Dukagjini, compagnon d’armes de Skanderbeg, il aurait codifié le code de lois coutumières (kanun) qui porte son nom et qui a régi les régions tribales de l’Albanie et une partie du Kosovo. En 1446, il succède à son père, Pal Dukagjini, à la tête du comté, au nord de l’Albanie. En 1447, Lekë Dukagjini tue Lekë Zaharia Altisferi, prince de Dagnum dans une embuscade. En effet, deux ans auparavant, il s’était disputé avec celui-ci pour la main d’Irene Dushmani, n’avait pas eu gain de cause et avait décidé de se venger. La mort de d’Altisferi laisse sa principauté de Dagnum sans successeur, ce qui amène sa mère à confier la forteresse à Venise. Alors, quand Skanderbeg tente (sans succès) de capturer Dagnum en 1447, la guerre éclate entre l’Albanie et la Vénétie (1447-1448). Après une victoire des troupes de Skanderbeg le 23 juillet 1448 près de Shkodra, la paix revient et celui-ci peut de nouveau se concentrer sur principal ennemi, les Turcs. Lekë Dukagjini continuera à se battre contre l’empire ottoman, devenant le chef de la résistance albanaise après la mort de Skanderbeg, jusqu’en 1479. Son lien exact avec le code de lois demeure mystérieux, certains savants prétendent même que le nom du kanun viendrait, non de Lekë Dukagjini, mais du territoire d’où il serait originaire (Dukagjini). (Hodgkinson 1999 ; Malcolm 1998 ; Elsie 2013).

[56] – Kuka, Muzaku, Streza et Arianiti : princes ou familles nobles de l’Albanie au temps de Skanderbeg. Gjergj Kuka était l’un des généraux de Skanderbeg, il a été capturé par les Turcs à Vaikal (Valcalia) en 1461. Les Muzaku (Musachi) étaient une famille régnante de la région de Myzeqe, au centre-ouest de l’Albanie, à la fin Moyen-Âge. Gjergj Arianiti (1383-1422), un seigneur de l’Albanie centrale, résistant aux Turcs, un temps allié de Skanderbeg et père de celle qui deviendra son épouse, Donika (Andronica). Streza en revanche, ne semble pas avoir été un personnage historique, on ne sait donc pas à qui le poète fait référence.

Ju mund të lexoni edhe...

Lini nje koment